Aperto Networks veut s'implanter sur la boucle locale radio
La Tribune - édition du 31/05/2001
[Imprimer] [Envoyer l'article à un ami]
 
Sa technologie permet de déployer plus rapidement des accès large bande, là où le DSL ne fonctionne pas correctement.

Aperto : ouvrir en latin. C'est le propos d'Aperto Networks pour les réseaux de télécommunication et plus particulièrement sur la boucle locale radio. « Si j'ai besoin d'une ligne DSL ou une connexion câble, je ne suis pas sûr de l'obtenir, explique Reza Ahi, fondateur d'Aperto Networks. C'est un problème mondial dont les conséquences commencent juste à être appréciées. » En effet, les capacités disponibles sont moins importantes que prévu pour la technologie DSL. Et Reza Ahi est persuadé que le « Fixed Broadband Wireless », c'est-à-dire l'accès à la large bande par la boucle locale radio, sera aussi omniprésent que la téléphonie cellulaire, car on n'a pas besoin de creuser une tranchée pour poser des câbles. « La boucle locale radio permet aux nouveaux opérateurs d'offrir rapidement des services, poursuit Reza Ahi. Lorsque Deutsche Telekom veut pénétrer le marché des Pays-Bas, il doit proposer des services qui le différencie de KPN. Il peut le faire plus rapidement en implantant une infrastructure radio. »

Cependant, la mise en oeuvre technique n'est pas évidente car les problèmes connus de la téléphonie cellulaire sont multipliés dans la boucle locale radio large bande (déperdition de signal, écho, perte de ligne, parasites...).

Architecture cellulaire. Les premiers équipements fonctionnaient bien tant qu'il n'y avait pas d'arbre ou d'immeuble entre l'antenne et le récepteur. Aujourd'hui, les équipements doivent bien fonctionner, même quand un objet bloque directement le signal. Cela signifie de passer à une architecture cellulaire. Cela dit, la propagation d'un signal varie dans le temps. Elle n'est pas la même quand les arbres ont des feuilles, pendant l'été, que pendant l'hiver quand ils les ont perdues. Un gros camion qui passe dans la rue peut aussi modifier la propagation du signal. « Nos solutions, qui travaillent sur des fréquences inférieures à 11 ghz, n'ont pas besoin d'être déployées à vue entre l'émetteur et le récepteur, pour bien fonctionner, assure Reza Ahi. Or les problèmes de déperdition du signal et de perte de transmission que tout le monde a dû subir avec la téléphonie cellulaire peuvent être pires dans une boucle radio. » Comme les antennes sont fixes, dans le cas d'une boucle radio, Aperto Networks a pu utiliser de manière « très agressive » la fréquence allouée pour offrir une bande passante de 20 mégabits.

Aperto Networks a déjà levé 35 millions de dollars. Elle compte France Telecom comme investisseur, via son fonds d'investissement Innovacom. Ses produits, qui sont testés dans plusieurs marchés, permettent de gérer la qualité de service sur un réseau. Cela veut dire que lorsqu'une entreprise a besoin de deux heures de téléconférence, elle n'a pas besoin de réserver une journée entière. Symétriquement, son opérateur de télécommunication n'a pas besoin de lui allouer une journée entière. P. B.


[<< Retour][Imprimer] [Envoyer l'article à un ami]